Mais où allons nous ?

Le gouvernement, n’étant plus à une contradiction près, étudie un projet de loi proposé par Jean-Jacques Aillagon ministre de la Culture et de la Communication visant au maintien de l’exception pour copie privée, mais instauration, imposée par la directive, de sanctions pénales (Mêmes sanctions que pour la contrefaçon des ?uvres : jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 150.000 ? d’amende.) en cas de contournement des mesures techniques anti-contrefaçon mises en place par les titulaires de droit, notamment les producteurs de disques (CD, DVD,?).. Incroyable n’est-ce pas ?
En résumé le droit à la copie privée subsiste mais si une maison de disque incorpore une protection anti-copie dans un disque il est interdit de la contourner donc d’exercer le dit droit ! En quoi est-ce maintenir ce droit ?

Les ventes de disques sont en baisse depuis quelques années mais quelles en sont les raisons ? Pour les majors et le gouvernement, il n’y a aucun doute c’est la faute aux pirates: Le marché du disque français a, pour sa part, reculé de 13,5% au cours des neuf premiers mois de l’année 2003, pour l’essentiel en raison du piratage. Seulement si on y regarde de plus près je vois d’autres raisons à cela :

  • Prix honteusement trop élevés des disques. Comment expliquer, par exemple, que le dernier album de Céline Dion , qui va s’écouler à des millions d’exemplaires dans le monde comme ses prédécesseurs à n’en pas douter, soit vendu 23,48 ? sur le site de la Fnac tandis que le dernier album du groupe français Tagada Jones lui n’est vendu que 17,68 ? ? La différence c’est que d’un côté on a une major, en l’occurence Colombia, et que de l’autre on a un éditeur indépendant, Small Axe. Il y a fort à parier que si les disques étaient vendu entre 10 et 15?, le piratage fondrait comme neige au soleil.
  • Matraquage médiatique pour une floppée de pseudo stars aussi préfabriquées qu’insipides afin de vendre des disques à un public lobotomisé
  • Vente en ligne légal de morceaux. Eh oui, si iTunes vend autant ça a forcément une incidence sur les ventes de disques

Il est un peu facile de rejetter toute la faute sur les pirates et de la faire payer aux consommateurs honnêtes que sont l’immense majorité des gens. Bien sûr le piratage existe et il est condamnable mais il faut être naïf pour croire que des protections quelles soient simplistes ou plus élaborées vont tenir en échec des pirates compétents et motivés !

Alors que faire si ce n’est manifester son mécontentement comme je le fait actuellement ou comme le font certains de mes collègues bloggeurs ? Heureusement nous ne sommes pas les seuls à élever nos voix contre ce projet de loi stupide et qui restreindrait nos libertés individuelles s’il était voté. L’initiative EUCD.INFO soutenue par l’association FSF France tente de faire passer ce discours à nos politiciens. Espérons qu’ils arriveront à leur faire entendre raison.

Ce contenu a été publié dans Humeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.