Sous les pavés la rage

Savez-vous combien de temps il faut pour paver un pâté de maison d’une petite centaine de mètres de long à Lille ? En fait moi non plus car ils n’ont toujours pas fini. Après tout cela ne fait que 3 bons mois qu’ils y sont !

Oh, pour préciser, ma rue n’a rien d’une grande artère. Elle ne comprend qu’une voie de circulation, 2 voies de stationnement et 2 trottoirs. Seulement avec une poignée d’ouvriers qui ne bossent que 3 à 4 jours par semaine, ça n’avance pas vite.

Alors bien sûr on pourra objecter que par ce temps, il fait moins de 5° depuis des semaines, ce travail est difficile. Je suis le premier à le reconnaitre, seulement qui leur à demander d’effectuer ces travaux en plein hiver ? Rien ne pressait, cela pouvait parfaitement attendre les beaux jours.

Cela dit, ce n’est pas le pire que nous fasse notre chère municipalité. Le leitmotiv de Martine Aubry est de libérer le centre-ville des voitures. Cette intention est très louable seulement il faut donner des solutions alternatives.

Ah oui, il existe des parking en centre-ville … à 1€80 l’heure ! N’aimant pas trop le raquet, je fais comme mes concitoyens, je cherche des parkings gratuits. Il existait un parking semi sauvage rue Jean-Batiste Lebas qui permettait de garer environ 1000 véhicules. La mairie a jugé bon de créer un parc à cet emplacement. Le nombre de places de stationnement disponibles après les travaux sera de 200. Bilan 800 places perdues. La mairie s’abrite derrière un sondage où les Lillois affirment que s’il ne peuvent plus se garer ils prendront le métro. Cela n’a rien d’une approbation ! Les gens ne viennent pas là par plaisir, il ont besoin d’y venir et si on ne leur permet plus d’y venir en voiture, ils trouveront des solutions alternatives mais nettement moins satisfaisantes.

Un autre exemple. Dans mon quartier il n’y a aucune station de métro. La plus proche se situe à 15 minutes de chez moi alors que j’habite en plein centre-ville. Admettons que l’âge des bâtiments empêche de construire une ligne de métro. Mais dans ce cas il faudrait compenser en renforcant le maillage des lignes de bus. Encore raté, il y avait un arrêt de bus juste au bout de mon pâté de maison avant les travaux mais il a disparu depuis et ne semble pas prévu dans la nouvelle configuration de la rue.

Mise à jour: C’est sans doute un hasard mais quelques jours après la publication de ce billet, la réfection de mon pâté de maison a enfin été terminé. Et si jamais ce n’était pas un hasard, merci. 😉

Ce contenu a été publié dans Humeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Sous les pavés la rage

Les commentaires sont fermés.