IE7, le retour

Je vous en avais parlé il y a quelques temps, puis IE7 n’était plus disponible au téléchargement. Derrière cela ne se cachait pas un sombre complot ourdi dans le seul but de priver les développeurs Web du Saint Graal. Bon c’est un peu la méthadone du Saint Graal mais c’est mieux que rien puisque l’editeur du navigateur le plus utilisé refuse de le mettre à jour.

En réalité son auteur, Dean Edwards, a collaboré avec Gellért Gyuris afin de nous pondre une version 0.5.1 totalement réécrite. Si les premières versions étaient très impressionnantes, celle-ci est proprement hallucinante. Voyez donc par vous même la liste des choses supportées par IE 5.5 et 6 lorsqu’on utilise IE7:

  • Sélecteurs CSS
    • :first-child
    • :last-child
    • :active
    • :focus
    • :hover
    • [attr]
    • [attr= »value »]
    • [attr~= »value »]
    • parent > child
    • adjacent + sibling
    • adjacent ~ sibling
    • .multiple.classes
    • :root
    • :empty
  • Attributs CSS
    • box-sizing
    • min-width
    • min-height
    • max-width
  • Divers
    • Support de la balise ABBR
    • Gestion de la couche alpha des images au format PNG

Il faut noter que Dean recommande d’utiliser son script de manière différente par rapport aux premières versions. A présent, il est préférable d’utiliser des commentaires conditionnels en plus du lien habituel.

Cet outil va sans doute simplifier énormément la vie de milliers de développeurs Web en attendant que Microsoft daigne assumer ses responsabilités de leader du marché des navigateurs Web. Seulement une telle réalisation amène une question à 1000 roubles : Si un individu seul peut développer en JavaScript et sur son temps libre un outil permettant de corriger la plupart des bugs d’Internet Explorer, comment expliquer le fait que Microsoft n’ait pas été capable avec le code source et ses bataillons de développeurs professionnels d’en faire autant. Il suffisait d’appliquer le même raisonnement, le passage au code compilé présentant en plus un net gain en terme de performances. Pour ma part la réponse est claire: c’est un choix stratégique délibéré qui montre à quel point Microsoft se soucie de l’utilisateur final !

Ce contenu a été publié dans Boîte à outils. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à IE7, le retour

  1. maurice dit :

    Tout ? fait d’accord. Pourquoi Microsoft ne met pas ? jour son logiciel?

  2. tehu dit :

    Attention, la version actuelle est toujours en alpha. Il peut y avoir de petites surprises.

    #truc {background: url(motif.png) repeat; }
    #truc est r?duit aux dimensions du motif 🙁

  3. polo dit :

    Bonsoir,
    Quel est le code html/css qui fait apparaitre un message sous
    "commentaires conditionnels"

    merci.

  4. JMF dit :

    polo> Il s’agit d’un script JavaScript nomm? Nice Titles.
    On peut le trouver ? cette adresse : http://www.kryogenix.org/code/br...

  5. artpixel dit :

    d’accord aussi. La stratégie Microsoft en matière de développement ne s’arrette ps malheureusement à ie. Un simple coup d’oeil sur windows suffit: Depuis mon premier PC, un 486 DX2 avec lequel je faisait déjà tourner 3d studio 3, les machines sont devenues presque 300 fois plus puissantes, et, malgres tout, il arrive qu’un pentium 4 3.6 Ghz rame pour afficher des fenêtre windows ?! bon, quand on voit aussi les démo PC qui arrivent à faire tenir 5 Minutes d’animation 3D avec une bande son dans un fichier de 16 Ko (16.000 octets), et que les jeux vidéo utilisant de la 3d sont maintenant livrés sur DVD (4.300.000.000 octets), on se pose bien évidement toute sorte de questions.
    La réponse est commercial et militaire, si l’on met à la disposition du grand publique la véritable puissance des processeurs d’aujourd’hui, bonjour les débordements sur le réseau..enfin il me semble que cela peut être une des raisons. La raison commerciale est evidente, les utilisateurs se contentent désormais d’utiliser à plus de 90% des outils comme world ou outlook, qui sont des logiciels bridés volontairement, car j’ai peine à croire qu’un traitement de texte aussi pitoyable que world puisse justifier ses 79 Mo de fichiers installés (contre à peine 20 pour InDesign d’Adobe, par exemple), bridés car pour satisfaire ses utilisateurs, Microsoft n’a plus qu’a débrider progressivement son soft pour qu’il puisse être… comme on l’aurait voulut dès le départ, simple et performant. Des mises à jour on ne peux plus facile en somme. Pour en revenir à la floppée de développeurs de la Silicon Valey, je pense que pour une grande partie, ils n’ont pas accès à la logique commerciale d’ensemble, n’oublions pas qu’un système d’exploitation tel que windows satisfait en meme temps les besoins du gamers boutonneux, mais également ceux de l’armée francaise, qui avait encore il y a quelques années, un vieux PC tournant sur Windows dans la salle du commandant de bord du Porte-Avions Clémenceau, sans parler de l’administration francaise, qui n’est pas foutue d’utiliser des applications développées en France, à une époque ou l’on compte parmis les meilleurs développeurs au niveau mondiale. Une véritable Honte, de dépendre des Etats Unis en ce qui concerne l’informatique !
    Voila, microsoft, c’est nul, on le sait tous, espéront que les promesses d’Apple pour sortir Max OS sur processeurs pentium seront tenues, ou révons un peu d’un systeme d’exploitation à la francaise, de quoi faire rêver un peu quoi !
    Bisoux à tous, et bonne bourre !

    S3b

Les commentaires sont fermés.