Raretés

Tous ceux qui me connaissent le savent, je suis un fondu de musique. Mais ce que moins de gens savent c’est que j’adore les raretés. Seulement les raretés comme vous vous en doutez sont rares bien entendu mais surtout chères. J’ai donc été très content de découvrir récement le site Music Stack. Ce dernier propose plus de 10 millions de disques d’occasion et parmi ceux-ci on trouve de vrais bijoux. De plus si la plupart des vendeurs sont étrangers, il existe quelques vendeurs Français ce qui reduit les coût d’acheminement.

Je me suis donc laissé tenté quand j’ai trouvé au détour d’une recherche le premier maxi de No One Is Innocent. Celui-ci a été tiré à très peu d’exemplaires et leur a servi, courant 1993, à démarcher des maisons de disque afin de décrocher un contrat pour enregistrer leur premier album. Je l’avais eu entre les mains il y a quelques années mais son propriétaire n’avait pas accepté de me le vendre.

La liste des morceaux est la suivante :

  • Le feu
  • It can’t be my smell
  • Henry (Serial killer)
  • Another land

On entend tout de suite que le budget était très modeste … et que Kmar, le chanteur, a beaucoup progressé entre ce maxi et le premier album. It can’t be my smell est un titre qui n’est réapparu qu’en version live sur le maxi La peau, tandis que les autres morceaux sont présents sur le premier album dans des versions réenregistrées.

J’ai également trouvé le maxi promotionnel sorti pour fêter le concert du groupe à l’édition 1997 des Eurockéennes de Belfort. Celui-ci contient 5 titres :

  • Chile
  • Nomenklatura
  • D.I.A.B.L.E
  • La peau
  • Doggy dead

Outre les excellentes versions de Chile et Nomenklatura, ce maxi présente l’immense intérêt de contenir une version très spéciale de Doggy dead que le groupe jouait sur cette tournée. Le morceau commence par Doggy dead, renommé pour l’occasion Facism dead, se poursuit par Antipolitique puis enchaine sur une reprise du fameux refrain de Porcherie, le brulôt anti FN des Berruriers Noirs, avant de revenir sur Doggy dead. Une vraie tuerie !

Pour en revenir à Music Stack, j’ai apprécié le fonctionnement et la rapidité. Bien sûr cela dépend du vendeur mais comme il est possible de consulter les informations concernant celui-ci, notamment ce qui concerne son sérieux (taux de refus, nombre de ventes etc.) avant de conclure la vente cela limite les risques. Ma première expérience a donc été très concluante. Nul doute que je recommencerais.

Ce contenu a été publié dans Musique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.