Qui sême le vent récolte la tempête

Vous avez sans doute entendu parler de l’ouragan Frances qui a ravagé ce week-end la Floride. Au delà du drâme humain que ce cyclone a entrainé, je ne peux m’empêcher de m’amuser de l’ironie de la situation.

Ce cyclone s’est formé dans l’océan Atlantique comme le précédent et le suivant qui est déjà annoncé. La principale raison de l’augmentation de la fréquence de ces phénomènes dévastateurs est l’augmentation de la température des océans. Celle-ci est elle même la conséquence de la pollution massive des pays industrialisés, les Etats Unis en tête avec 1/4 des rejets mondiaux de CO2. Les sociétés Américaines ne polluent pas par plaisir mais parce que les mesures anti-pollution coûtent cher et que les actionnaires demandent un rendement important. Ces fameux actionnaires qui sont peu regardant sur les méthodes des sociétés qu’ils possèdent tant que les bénéfices sont au rendez-vous, sont principalement constitués de fonds de pension qui eux même sont en grande partie financés par les retraités du pays de l’oncle Sam. Là où cela devient très amusant c’est que l’état de Floride est le lieu de prédilection de ces même retraités.

Si mon éducation ne m’empêchait pas de me réjouir du malheur des autres, je serais tenté de constater avec amusement que Qui sème le vent récolte la tempête.

Ce contenu a été publié dans Humeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Qui sême le vent récolte la tempête

Les commentaires sont fermés.