A eux de me faire préférer le train ?

Ce soir, j’étais sensé me rendre à l’assemblée générale de l’AFUP. Je dis sensé car je n’ai finalement pas pu m’y rendre. Je vais vous expliquer pourquoi.

Je prends le métro à 17h40 à République, à Lille pour me rendre à la gare Lille-Flandres. Il y a 2 arrêts, le trajet doit prendre moins de 5 minutes et mon train est à 18h. Tout se passe bien lorsque arrivé à moins de 30 mètres de la station Lille-Flandres, le métro s’arrête. Une voix nous indique par les haut-parleurs que suite à un incident technique nous allons rester immobilisés quelques instants. Ces quelques instants s’éternisent puis nous faisons finalement les 30 derniers mètres. Je file vers la gare, regarde rapidement sur quel quai est mon train et m’y rend.

Comme à chaque fois avec le TGV Lille/Paris, 2 controleurs vérifient les billets des voyageurs avant l’accès au train. J’arrive précipitamment, m’immobilise derrière une femme et commence à fouiller dans mon sac à dos à la recherche de mon billet. Le controleur innocupé m’interpelle sêchement « on s’arrête ! Billet ! ». Stressé à l’idée de manquer mon train, je lui répond tout aussi sêchement « c’est bon 2 secondes ». Cela n’a apparement pas plu à monsieur qui n’a pas voulu voir que je lui tendais mon billet une fois celui-ci retrouvé. Au bout de 30 secondes, le signal du départ a été donné et ce controleur s’est empressé de fermer la barrière m’empêchant volontairement de prendre mon train.

J’ai bien entendu protesté mais celui-ci n’a rien voulu savoir prétextant que je n’avais pas fourni mon billet ce qui est faux. Je n’avais qu’une envie devant autant de bêtise : lui mettre mon poing dans la figure. Je sais que la violence ne résoud rien mais des fois ça soulagerait quand même. Le problème était que deux agents de la police ferroviaire faisaient équipe avec le malotru. J’aurais donc forcément eu tort si les choses s’étaient envenimées et connaissant la dictature policière dans laquelle nous vivons pour y avoir goûté à mes dépends, j’ai préféré laisser tomber.

Résultat, je n’ai pas pu me rendre à cette assemblée générale car le train suivant me faisait arriver vers 21h à la salle où elle se déroulait. Or le dernier train pour Lille était à 23h et la gare à près d’une heure de transports en commun de la salle. Bref, cela me faisait y aller pour une heure. Cela faisait cher l’heure au prix du billet.

Contrairement à ce que je croyais mes mésaventures n’étaient pas terminées car arrivé au comptoir l’agent, fort sympathique lui, m’apprend que mon train étant parti (ça alors quelle surprise), je ne peux me faire rembourser que 50% du billet ou alors l’échanger.

C’était la première fois que je tentais de prendre le train pour me rendre à Paris à titre privé (j’y vais de temps en temps à titre professionnel) et je crois que c’est la dernière fois. Ce sont eux qui m’auront fait préférer la voiture !

Ce contenu a été publié dans Humeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à A eux de me faire préférer le train ?

Les commentaires sont fermés.