Le social engineering du pauvre

La semaine dernière je suis allé manger mon hamburger annuel. Je ne suis pas spécialement fan des fast-foods tant au niveau culinaire que culturel. Cependant, je reconnais que de temps à autre ils permettent de se restaurer rapidement, à peu de frais en sachant à l’avance à quoi nous attendre (en bien comme en mal d’ailleurs).

Mais là n’est pas le sujet de ce billet. Ce qui m’a interpellé c’est le ticket de caisse que m’a remis un homme qui semblait être le manager.

Ce contenu a été publié dans Nimportenawak. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Le social engineering du pauvre

Les commentaires sont fermés.