De la difficulté de recruter un développeur

Le calme qui règne sur ce blog depuis le début de l’année est trompeur car il est inversement proportionnel à l’activité qui règne dans ma vie. De grands changements sont en cours d’élaboration et parmi ceux-ci, mon départ de la société qui m’emploie actuellement.

Etant le seul employé, il a fallu me trouver un remplacant. J’ai activement participé à la sélection des candidats ainsi qu’aux entretiens. L’expérience a été très intéressante et surtout enrichissante. J’ai pu constater que le marché du travail est difficile actuellement si l’on en juge par les candidatures très éloignées, géographiquement ou dans les qualifications, de ce qui était demandé.

Pour rappel, voici l’intitulé de l’annonce que nous avons diffusé :

Le poste, basé sur Lille (59), consiste à concevoir, développer et maintenir une application PHP pour les cabinets d’avocats en collaboration avec des experts métiers.

Il est impératif d’être autonome car vous serez le seul intervenant technique sur le projet. De bonnes facultés de communication sont également indispensables car vous serez en relation régulière avec des intervenants métiers ainsi qu’avec les utilisateurs.

Les connaissances techniques suivantes sont indispensables : *PHP *SQL *HTML/CSS (Conformes aux standards Web) *Javascript *Installation et maintenance de serveurs Linux avec Apache, PHP, MySQL

Par ailleurs, vous serez amené de temps en temps à développer quelques sites Internet pour lesquels une connaissance de Flash et d’ActionScript seront un plus apprécié, ainsi que la connaissance de l’environnement Mac.

Un diplôme bac+3 minimum est exigé. La rémunération sera à négocier en fonction de l’expérience.

En vrac, nous avons reçu :

  • la candidature d’un webdesigner,
  • celle d’un développeur vivant à Toulon,
  • celle d’un autre de Poitiers,
  • celle d’un administrateur réseaux ne parlant même pas de développement sur son CV
  • des propositions de sociétés nous invitant à délocaliser le développement de notre application en Roumanie ou en Chine

Une fois le premier écrémage fait, nous avons convoqué une demi-douzaine de candidats. Parmi eux se trouvait une personne que je croise très régulièrement le matin en me rendant au travail. Il s’est avéré qu’il travaille à côté d’où j’habite et inversement. Chose étonnante, le candidat de ce matin n’était autre qu’un développeur fréquentant les apéroPHP Lillois dont je ne connaissais pas le patronyme ce qui m’avait empêché de faire le rapprochement en lisant son CV.

Ayant toujours le « test de Joël » dans un coin de ma tête, j’ai proposé à mon patron de faire passer un petit test technique à nos candidats pendant leur entretien. Le principe était assez simple. Il fallait développer un petit gestionnaire de personnes. Un certain nombre d’informations devait pouvoir être stockées concernant ces personnes. Je mettais à la disposition des candidats une structure rudimentaire contenant une instance de Smarty configurée et une autre d’ADOdb car nous utilisons ces deux libraires dans nos projets. Les candidats étaient libres d’utiliser ou non la struture fournie, d’utiliser les outils (librairies, classes, etc.) qu’ils voulaient, de consulter toute l’aide qu’ils souhaitaient et de nous poser n’importe quelles questions. Enfin, j’ai mis à leur disposition une base de données vierge avec un phpMyAdmin fonctionnel.

C’était la première fois que je mettais un test de ce type en place et je dois avouer que j’ai été totalement convaincu de son intérêt. Cela nous a permis de mieux cerner les candidats, de voir le cheminement de leur pensée, leur rigueur et cela a également permis de mettre en évidence une tentative de bluff.

En effet, l’un (ou plutôt l’une) des candidats avait indiqué être experte PHP, SQL et HTML. A priori, elle était la perle rare que nous cherchions. Cependant, son expérience de seulement 2 ans en PHP me laissait dubitatif. Soit la personne était très douée pour être devenue experte en seulement 2 ans, soit elle essayait de nous pipoter. A vrai dire, je penchais pour la seconde solution mais je ne pensais pas que c’était à ce point.

Nous lui avons donc expliqué le test et l’avons laissée travailler pendant les 30 minutes dévolues au test. Une fois la demi-heure passée, nous avons regardé avec elle se qu’elle avait fait. Elle avait créer 3 tables pour gérer les personnes dont une pour les villes dans laquelle elle avait mis un champ « code postal ». Je lui ai demandé pourquoi avoir fait ce choix. Elle a alors remarqué qu’il y avait peut-être plusieurs villes pour un code postal. Je n’ai pas osé lui dire que l’inverse aussi était vrai. Le reste de la base était à l’avenant (clé étrangère en VARCHAR(50) , le nom des tables qui commence par « tab_ », etc.).

Deçu à l’examen de sa base de données, j’ai demandé à voir le code PHP et là ça a été la stupéfaction : elle n’a écrit en tout et pour tout qu’une seule ligne de code. Il s’agissait d’un include qui ne fonctionnait même pas car elle n’avait pas mis de guillemets au nom du fichier ! La seule explication qu’elle a balbutié en devenant écarlate a été qu’elle ne pratiquait pas PHP au quotidien dans son emploi actuel mais que ça reviendrait vite. Une prétendue experte PHP incapable de faire l’inclusion d’un fichier, qui plus est en consultant la documentation ? A ce niveau là, ce n’est plus de l’enjolivement de CV, c’est du foutage de gueule ! Enfin, pour en terminer avec ses domaines de compétence (ou plutôt d’incompétence), la seule et unique ligne de HTML qu’elle a écrit a été « <b>Annuaire</b> ». Experte en HTML peut-être mais surement pas en standards Web.

La décision a finalement été prise cette après-midi et mon remplacant doit commencer lundi. Nous allons donc attaquer concrêtement la phase de transition avant que je ne parte vers d’autres aventures.

Ce contenu a été publié dans PHP. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à De la difficulté de recruter un développeur

  1. Superlol dit :

    Eh oui, le pipotage de CV, une des grandes spécialités françaises (avec la grève ;-)). Moi je bosse beaucoup avec des allemands et à ce niveau là ils sont beaucoup plus honnêtes. Bon après, ils ont d’autres défauts…

  2. Raphael dit :

    Hello,

    Si je peux me permettre, as-tu pensé à un nouvel outil qui vient de sortir et qui est dédié aux emplois dans la conception web ?
    emploi.alsacreations.com/

    😉

  3. Piou2fois dit :

    Dans mon ancienne boite, le patron a voulu créer son site internet. N’étant pas embauché pour cela (j’étais dessinateur projeteur à l’époque) il n’a pas voulu que je le fasse et a confié ça au fils de son co-patron, en me glissant "si il a besoin d’un coup de main, aide le".
    Le tio avait 12ans.
    Je lui ai demandé si il avait fait des sites internet et il m’a répondu que oui, 4 en tout.
    Bon bah ok, je le laisse faire et je lui demande plus tard comment il compte faire son site. Il me répond "HTML PHP SQL!".
    Je reste là comme un con voyant un gamin de 12ans qui maîtriserait ça…
    Je laisse le tio faire son truc et là oh surprise, un hébergeur phpnuke avec plein de pub, plutôt orienté Counter Strike d’ailleurs.
    La je me dis "attention la catastrophe"
    Pas loupé, le tio tape le texte sous word (avec au passage plein de fautes) insérer les images comme un porc (au format 1600×1200 en bmp bien sur) et fait enregistrer en tant que page web pour ensuite l’exporter vers son phpnuke de *ù$^*^$.
    Alors comme d’hab, vive les noms de fichier avec des majuscultes etc. et donc les problèmes d’affichage.
    Vive les pages avec 3 mots une image mais qui fait 200lignes de codes (merci Word)
    Vive les pubs en popup de partout.
    Au final une franche partie de rigolade tout seul, surtout en pensant que d’ici peu il serait référencé (j’y ai mis du mien pour l’aider un peu sur ce point).
    Des histoires comme ça il y en a tous les jours (des gens ont voulu me filer un coup de main pour un site dont je m’occupe, même blague, je connais html avec frontpage…)

  4. YoGi dit :

    c’est aussi que ça sert les périodes d’essai, et au cas où 3 mois ne suffisent pas pour se rendre compte du subterfuge, notre gouvernement nous propose 2 ans 🙂

  5. MonsieurN dit :

    @YoGi : Proposais 2 ans. Je suis tout à fait de ton avis. Il y a aussi ce symptôme qui fait que beaucoup d’émployés se relâchent une fois la période d’essai terminée.

    Ce matin on m’a demandé de créer des skyblog ou des myspace pour les artistes du label pour lequel je travaille. Il y a des jours comme ça où la vie d’un développeur est désespérante ^^

  6. Nico dit :

    C’est vrai que certaines personnes peuvent être destabilisées en entretien, et en test avec un environnement qui ne leur est pas familier … mais bon à ce point …

    Je penche plutôt pour le "book", c’est moins crispant et je ne pense pas que l’on puisse vraiment se tromper, du style :

    "Présentez moi en détails 2 de vos réalisations demandant la maîtrise de nos prérequis :
    – utilisation de html/css dans le respect des normes w3c
    – interface de gestion sécurisée permettant la mise à jour des données stockées dans mySQL
    – …"

    Lecture du code et des pages, et surtout explications du candidat quant à ses choix (il a eu le temps de conception, et pas 30 minutes, et si ce n’est pas lui qui l’a fait, cela va vite se voir) permettent de se faire une bonne idée.

  7. JMF dit :

    Raphael> En fait notre annonce a été passée avant l’ouverture du site.
    De plus, la partie HTML/CSS est assez faible dans notre travail. Le gros est constitué de PHP.

    YoGi> Oui mais pour une petite structure se tromper lors d’un recrutement, même si on s’en aperçoit lors de la période d’essai, peut avoir des conséquences graves. Dans notre cas, il faut qu’on ait une période de recouvrement la plus grande possible car la personne sera seule dès mon départ. Si la personne ne fais pas l’affaire et qu’il faut trouver quelqu’un d’autre c’est autant de temps perdu avec pour conséquence une transmission de connaissance nettement plus faible.

    Nico> Ta suggestion est bonne en théorie mais en pratique elle est rarement applicable.

    D’une part les débutants n’ont souvent rien à montrer, d’autre part les gens qui travaillent déjà ont rarement le droit de montrer les créations de leur société à un recruteur.

    Vous allez me dire qu’ils n’ont qu’à montrer des projets persos, associatifs ou collaboratifs. Malheureusement, d’après ce que je vois autour de moi et ce que j’ai vu pendant ces entretiens, bien peu de gens s’impliquent dans l’informatique en dehors de leur travail.

    La programmation semble être un métier comme un autre et non une passion pour la majorité des développeurs. Etant moi-même passionné, j’ai un peu de mal à le comprendre mais en tout cas je le constate.

  8. Mere Teresa dit :

    Pour le book, ce n’est pas faisable, effectivement…surtout qu’on ne sait pas au final qui a fait la modélisation de l’appli, la modélisation de la base de données, et le code PHP. (Ce sont des compétences différentes).

    Le test de Joël est malin, car il confronte le futur travailleur à un cas réel. Même s’il n’a pas le temps de fignoler ou finaliser, un dév devrait faire une proposition au moins de comment faire la base, comment gérer les fichiers.

    Note : les gestions d’utilisateurs se retrouvent dans quasi toutes les applis avec authentification.

    Note 2 : à la fac, j’ai dû faire un annuaire en TP. C’est donc qqchose de déjà connu.

  9. Snip dit :

    @YoGi
    @MonsieurN

    propose quoi ? :p

    Sinon Jean-Marc, je suis expert Php Mysql moi, et quand j’ai un trou de mémoire, j’ai un pote sur msn qui me donne des conseils…

  10. Cédric dit :

    Pareil niveau embauche. On demande un développeur avec un peu d’expérience et si possible agile, on obtient des administrateurs, des designers même pas web, des débutants qui ne vont même pas lire le lien donné vers un article sur XP, …

    Je tenterai le test de Joël la prochaine fois…

Les commentaires sont fermés.