Humeur électorale

La vague bleue, tant agitée par la gauche comme un épouvantail pour motiver ses troupes, n’a pas eu lieu et c’est tant mieux. Le PS a ainsi (enfin) trouvé un moyen de se réjouir. A force de perdre, ils finissent par fêter les petites défaites comme des victoires.

Les ministres qui s’étaient présentés à la députation ont pour la plupart été élus à l’exception notable d’Alain Juppé. Qu’il soit battu ne pose pas de souci particulier mais ce qui m’énerve au plus haut point c’est qu’il annonce dans la foulée sa démission du gouvernement comme si cela était lié. On a vu avec le taux d’abstention qu’il est difficile de faire comprendre aux français à quel point les élections législatives sont importantes car nous ne sommes pas dans un régime présidentiel, comme les Américains par exemple. Démissionner d’un mandat national à cause d’un revers local ne contribue pas à clarifier les choses !

Enfin, le taux exceptionnel d’abstention me dégoûte. Ne pas trouver les quelques minutes ou dizaines de minutes nécessaires à l’accomplissement de son devoir de citoyen m’est incompréhensible. Cela va influencer notre vie quotidienne des 5 prochaines années mais 40% de nos concitoyens n’arrivent pas à se motiver pour autant. Qu’ils ne viennent pas se plaindre ensuite qu’ils ne sont pas écoutés ou représentés par la classe politique !

Ce contenu a été publié dans Nimportenawak. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Humeur électorale

Les commentaires sont fermés.