Place à la trentaine

La vingtaine est désormais derrière moi et laisse la place à la trentaine.

Comme il est loin l’adolescent mal dans sa peau hésitant entre la haine de soi et celle des autres. Le gars paumé qui ne savait que faire de sa vie et comment vivre avec le reste du monde.

Cela fait une dizaine d’années que celui-ci a commencé doucement à faire place à un adulte capable de reconnaître ses faiblesses mais aussi ses forces. Capable également, et surtout, de comprendre (un peu) les autres. La clé de tout aura été de simplement être moins exigeant. Moins exigeant avec les autres mais surtout avec soi.

Dans mon cas, c’était le fait de ne jamais être à la hauteur de mes espérances qui me faisait me dénigrer sans cesse. Le jour où j’ai compris cela, ma vie a commencé à changer. Mon rapport aux autres également. Au fond de moi j’aime profondément mes semblables mais la déception qu’ils me procurent à longueur de temps me pousse (trop) souvent à les détester à la hauteur de mes espérances déçues.

J’avance dans mon travail contre cela. J’essaie de me mettre à la place des autres, de comprendre pourquoi ils agissent ainsi et même quand je ne vois pas de raison logique, j’essaie de simplement pardonner. Je dis que j’essaie car la route est encore longue sur le chemin de la sagesse mais chaque jour qui passe me fait avancer.

Ce contenu a été publié dans Personnel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Place à la trentaine

Les commentaires sont fermés.