Les français et le travail

Une étude effectuée par UBS étude révèle plusieurs choses intéressante sur les français et le travail.

Sans surprise, le pays des 35h est le celui où l’on passe le moins de temps à travailler : environ 1 600 h par an contre 1 900 h en moyenne dans le monde. Sans surprise également, l’Asie est le continent où l’on travaille le plus.

Pa railleurs, la France n’est pas le pays avec le PIB par habitant le plus important, loin de là même car elle est placée au 18e rang mondial.

Cependant, si l’on rapporte le PIB par habitant au nombre d’heures travaillées, la France est le pays qui produit le plus de valeur ajoutée pour une heure de travail d’un de ses habitants. Nous sommes donc le pays le plus productif au monde.

Bien que ce ne soit pas la première fois que la France arrive en tête de ce classement, cela m’interpèle toujours. Tout d’abord, que ce soit au niveau du recrutement ou en tant que client, je constate continuellement que des tas de gens ne font pas leur travail et se contente d’occuper une chaise. Cela veux dire que notre productivité pourrait être bien plus importante qu’elle ne l’est.

Par ailleurs, compte-tenu de ce « manque à gagner » français, la situation des autres pays me laisse perplexe. La déperdition d’énergie est-elle encore plus forte dans ces pays ? Comment est-ce possible ? Je pense notamment à des pays où la fainéantise est socialement très mal vue comme le Japon.

Source : French: The Most Productive People In The World (Non, moi non plus je ne sais pas pourquoi une photo de la première dame de France en maillot de bain illustre cet article)

Ce contenu a été publié dans Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Les français et le travail

  1. fch dit :

    Ayant des amis français qui travaille au Japon, je te confirme que la fainéantise est mal vu, tout comme le manque de ponctualité.
    Cependant, cela ne veut pas dire que les japonais bossent à fond toute la journée, voir même qu’ils sont productifs.
    Cela veut juste dire qu’ils ont développé (du moins les fainéants) tout un tas de techniques pour faire croire qu’ils travaillent activement au bien de l’entreprise et qu’ils sont à fond tel que :
    1) La réunion, l’arme absolue pour faire croire que l’on travaille, qui plus est à des choses importantes (mais c’est également une arme que la moule française maîtrise).
    2) Ecrire des mails (incompréhensibles ou qui ne veulent rien dire) à personne et à tout le monde, car ca prend du temps, n’est pas très fatigant, est de toute façon utile (qui ecrirait un mail pour le plaisir, hein ?) et ca permet de se couvrir les fesses car ca laisse une preuve que l’on a travaillé.
    3) Empêcher ceux qui bosses de le faire, pour faire croire qu’on bosse plus qu’eux.
    4) Dire ce qu’on a fait, même si c’est pas vrai, bref, se faire une réputation à toute épreuve qui nous fait passer pour un bourreau de travail même si on a rien fait.
    Et rien n’empêche d’arriver à l’heure et de partir à l’heure sans avoir fait la moindre chose utile, du moment que tu pars après ton boss.
    Par contre, il faut éviter d’arriver tard et de partir tard, car la seule chose qui est retenue est le retard du matin, vu qu’il n’y a plus personne à 3 h du matin dans les bureaux pour constater ton départ.
    Bref, la feignasse japonaise est similaire à la feignasse francaise, elle est juste plus balaise dans l’art du camouflage, étant donné que les apparences ont beaucoup plus de valeur que les faits dans leur société.
    Je précise que tout cela est valable pour les grands services informatiques des sociétés japonaises.
    Dans les restos, et plus généralement dans tout ce qui est service direct à la personne, la musique est tout autre, car je n’y ai jamais vu l’ombre d’une moule et c’est plutôt le régne du service parfait et de l’efficacité absolue, alors qu’en France…

  2. Effectivement, avoir l’air occupé est sans doute un camouflage développé dans bien d’autres pays que le notre mais j’imaginais qu’au Japon cela se remarquait plus qu’ailleurs. Peut-être pas à t’écouter.

  3. Martin dit :

    Un autre article sur le même sujet :

    http://www.futura-sciences.com/f...

    Effectivement, on a de la marge pour faire mieux !

  4. Tetert dit :

    "Tout d’abord, que ce soit au niveau du recrutement ou en tant que client, je constate continuellement que des tas de gens ne font pas leur travail et se contente d’occuper une chaise."

    Ca n’est pas specifique a la France, loin de la. J’en vois tous les jours ou je travaille 😉

  5. Jean dit :

    À mon avis vous êtes tous à côté de la plaque. S’il l’on a préféré évaluer la productivité plutôt que le taux d’agitation apparent du sujet, c’est bien parce que ce taux de mouvement brownien ne s’avére pas être un critère objectif et fiable. Seul compte le résultat. Un bon petit billet qui, entre autres choses bien vues, évoque la question sur slate.fr : http://www.slate.fr/story/9845/l...

  6. @Jean: Je crois qu’on est tous d’accord avec toi.

    Ce que je regrette c’est que si on arrive à ce niveau de productivité en travaillant peu. Cela veux donc dire qu’il y a un potentiel d’amélioration important.

    Imagines-tu notre niveau de productivité en travaillant "normalement" si tant est que cette notion puisse être définie.

Les commentaires sont fermés.